Notre actualité Grassin Décors voit l'avenir en couleur

Article Nouvelle République du 18/04/2019

Poitiers 1.jpg

Pilier depuis sept ans de la holding normande Décor Alliance, Grassin Décors s’apprête à fêter ses 110 ans et rêve de nouvelles agences.

Voici sept ans, Bruno Grassin – dont le grand-père avait fondé en octobre 1909 cette institution poitevine qu’est Grassin Décors – se rendait à l’évidence : aucun de ses cinq enfants n’avait la fibre pour reprendre la vénérable entreprise spécialisée dans le commerce de peintures, papiers peints et autres revêtements de sol.
Vendre ? Impensable pour ce Poitevin pur jus, autant attaché à l’avenir de ses salariés qu’à la pérennité de l’entreprise familiale. Alors quoi ? Se marier ! Fin 2011 naît la holding Décor Alliance qui, désormais, va contrôler les deux piliers de ce qui devient le premier groupe indépendant de magasins dans le domaine de la décoration intérieure : Grassin à Poitiers et Solmur dans la banlieue de Rouen.

 

Une petite révolution sans casse sociale

Les deux entités sont d’importance équivalente. Grassin est présente dans le Centre-Ouest tandis que Solmur est installée dans le Grand Ouest. Elles ne se marcheront donc pas sur les pieds. De là à réussir à faire travailler en bonne harmonie deux équipes aux cultures différentes, il y a un pas…
Si Bruno Grassin prend la tête du conseil de surveillance de la holding, les actionnaires décident prudemment de porter à la tête de son directoire un spécialiste de la décoration venu de l’extérieur, Philippe Poujol.
Un septennat plus tard, on peut dire que la greffe a plutôt bien pris. Grassin et Solmur continuent de vivre leur vie, avec chacune sa vingtaine d’agences au service des professionnels du second œuvre mais aussi des particuliers, voire des administrations. Ont été mis en commun un certain nombre de services stratégiques basés qui à Rouen, qui à Poitiers : des spécialistes de la finance pour accompagner les clients, un nouveau et puissant service informatique pour développer les achats en ligne…

Reclassements

C’est dans ce contexte de modernisation des outils que Grassin vient de connaître une petite révolution, avec la fermeture, le 1er avril dernier, de ses vastes entrepôts logistiques de Dissay (cédés à Geodis) et le rapatriement partiel de l’activité sur les locaux agrandis et en cours de rénovation de la zone République à Poitiers. Ce regroupement obéit à un souci d’améliorer la compétitivité de l’entreprise à travers la rapidité pour satisfaire le client : « Jusqu’alors, explique Philippe Poujol, on répondait souvent au client : “ C’est à Dissay, on vous le fait venir ”. A partir de Dissay, on irriguait toutes les agences, avec une noria de camions de nuit… » Coût élevé, impact carbone déplorable : Décor Alliance a décidé de rapprocher les stocks de ses agences où le client peut trouver désormais une très grande partie de ce dont il a besoin.
Fini la flotte de camions. Désormais, pour les transports qui restent à faire, l’entreprise fait appel à des transporteurs partenaires. Grâce aux reclassements et aux départs naturels, ce remaniement s’est fait sans casse sociale.

Croissance externe

Philippe Poujol va maintenant pouvoir donner un coup d’accélérateur au renforcement du groupe, prévu dès sa constitution, en absorbant progressivement plusieurs commerces indépendants dont les propriétaires, parfois âgés et sans héritiers, ont fait savoir leur envie de rejoindre Décor Alliance. Avec comme première obligation l’adhésion au modèle que Grassin et Solmur ont mis sept années à construire.
GRASSIN DÉCORS Pôle République 1, 8 rue de la République, Poitiers. Président du conseil de surveillance (holding) : Bruno Grassin. Président du directoire : Philippe Poujol. Chiffre d’affaires 2018 (Grassin) : 30 millions d’euros. 125 salariés.

Dix nouvelles agences à créer

Philippe Poujol ne cache pas son ambition de développer le réseau d’agences de Grassin Décors sur sa zone de chalandise où l’entreprise compte déjà 18 implantations. En 1956, Grassin Décors n’était encore présent qu’à Poitiers. « Nous voyons une dizaine de nouveaux emplacements possibles pour l’enseigne », confirme le président du directoire, citant en exemple le nord des Deux-Sèvres. Autant d’ouvertures possibles dans les années à venir, synonymes de promotion interne pour les collaborateurs de Grassin désireux d’intégrer la hiérarchie.
Ce souci des collaborateurs est une des données fortes du modèle Décor Alliance, la holding dont une cinquantaine de salariés volontaires sont déjà actionnaires minoritaires, aux côtés des deux familles fondatrices de Grassin et Solmur et d’un investisseur. La holding est par ailleurs propriétaire de deux marques exclusives, les peintures Saint-Luc et les revêtements de sol Udirev.
Parallèlement au développement de Grassin, Philippe Poujol souhaite mettre en valeur la tradition de la marque plus que centenaire. Il a déposé un dossier en vue d’obtenir le prestigieux label « Entreprise du patrimoine vivant ».